FAQ

Vous posez des questions – TYFO répond

TYFO répond aux questions les plus fréquemment posées dans le monde des fluides caloporteurs.

TYFO : Le réfrigérant est le produit qui – pendant sa transition de phase liquide à gazeuse – extrait de l’énergie thermique de l’environnement en le refroidissant. Il génère donc du froid. Les réfrigérants naturels sont p. ex. l’ammoniac, le dioxyde de carbone, l’eau et les hydrocarbures, c’est-à-dire que ces substances sont présentes dans la nature. En revanche, le chlore, ou les fluorocarbures p.ex. sont des réfrigérants synthétiques.

La saumure de refroidissement est un autre terme un peu obsolète pour le fluide frigoporteur. La saumure traditionnelle est une solution aqueuse de chlorure de sodium. Ainsi, les saumures de refroidissement sont au sens classique des solutions salines aqueuses. En raison de leur capacité à être refroidis bien en dessous du point de congélation de l’eau, ils sont utilisés pour refroidir les installations.

Les fluides frigoporteurs et les fluides caloporteurs sont des liquides caloporteurs, d’un point de vue purement physique et se réfèrent à la même chose. En fonction de leur application, qu’il s’agisse de températures chaudes ou froides, on parle de fluide frigoporteur ou caloporteur. Ils servent à transférer du froid ou de la chaleur et non à les produire.

TYFO : Les erreurs de remplissage typiques sont l’utilisation du mauvais produit, de la mauvaise concentration et le mélange de différents produits.

TYFO : Les fluides dont les liquides de base sont différents, par exemple, l’éthylène glycol et le propylène glycol, ne peuvent pas être mélangés. Les raisons ne sont pas de nature physique ni chimique, mais bien plus le fait que cela empêcherait de tirer des conclusions simples sur la protection antigel ou les limites de refroidissement. De même, il ne faut pas mélanger des inhibiteurs ou des stabilisateurs de corrosion différents qui ne correspondent pas entre eux, étant donné que cela peut entraîner une corrosion. Les différents inhibiteurs de corrosion ne sont pas complémentaires dans leurs effets, puisqu’ils reposent sur des technologies différentes.

TYFO : Les concentrés ne sont généralement pas utilisés. Ils sont commandés exclusivement pour des raisons de logistique, c’est-à-dire que les clients économisent des frais de transport et de stockage. Mais ils ont également plus de travail avec et sont responsables de la réalisation de la bonne concentration. Ceux pour qui ce n’est pas une option commandent des mélanges prêts à l’emploi.

TYFO : Presque tous les concentrés TYFO peuvent être mélangés avec de l’eau potable propre, lorsque les conditions suivantes sont remplies :

  • la teneur en ions chlorure ne doit pas dépasser 100 ppm
  • la dureté de l’eau ne doit pas dépasser 40 degrés de dureté allemande (° dH)

Ces conditions sont généralement remplies par l’eau potable allemande. Les stabilisateurs de la dureté de l’eau contenus dans les concentrés TYFO sont capables de complexer les agents de dureté exactement jusqu’à ces valeurs et d’empêcher ainsi la formation de tartre.

Seul TYFOCOR® LS ne doit pas être mélangé avec un autre liquide caloporteur ni dilué avec de l’eau potable, car il ne contient pas de stabilisateurs de la dureté de l’eau en raison de sa composition spéciale.

TYFO : La couleur est une caractéristique d’identification. Il sert à l’utilisateur de caractéristique distinctive afin de ne pas mélanger des produits de couleurs différentes.

TYFO : Si vous dépassez la concentration recommandée, le point de gel reculera, la conduction thermique se détériorera, la viscosité augmentera et la capacité calorifique du liquide diminuera.

Si la concentration minimale est insuffisante, la protection contre le gel et la corrosion sont trop faibles. Il y a aussi la possibilité d’infestation par des bactéries.

TYFO : Les bactéries apparaissent dans un environnement nutritif, chaud et non toxique. Ces conditions sont données à un niveau de concentré dans le liquide inférieur à 20%. Les glycols en tant que tels servent d’aliment pour les bactéries à faible concentration (c’est-à-dire moins de 20%).

TYFO : Les fluides frigorigènes/caloporteurs de qualité inférieure peuvent être reconnus par leurs trop faibles concentrations d’inhibiteurs de corrosion ou de stabilisants. Les mauvais produits ne sont presque pas inhibés. En laboratoire, ces lacunes peuvent facilement être identifiées.

TYFO : Les inhibiteurs de corrosion sont des additifs qui empêchent ou ralentissent la corrosion des matériaux. Ils sont contenus en faible concentration dans des fluides caloporteurs et garantissent que des matériaux tels que les métaux et les matériaux polymères ne soient pas sujets à la corrosion ou au vieillissement – les métaux restent nus, les plastiques ne deviennent ni poreux ni fissurés. Selon les métaux et les matériaux à protéger, des ensembles spécifiques d’inhibiteurs de corrosion doivent être utilisés.

TYFO : Les inhibiteurs de corrosion agissent généralement pour le mieux dans la plage légèrement alcaline (environ pH 8). La dégradation thermique des fluides caloporteurs est souvent caractérisée par la formation de composants acides. Et ces composants acides feraient passer le pH au neutre ou légèrement acide. Cela réduirait considérablement l’efficacité des inhibiteurs de corrosion. Par conséquent, des substances tampons sont ajoutées au fluide caloporteur. Elles sont capables d’absorber une certaine quantité de composants acides sans que le pH ne change notablement.

TYFO : La réserve alcaline est une valeur qui décrit la capacité d’absorption des composants acides. Pour mesurer la réserve alcaline, de l’acide chlorhydrique est ajouté au fluide jusqu’à un pH défini. Plus il tolérera d’acide, mieux ce sera, car c’est un indice de la quantité d’acide que le fluide peut réguler lui-même. Une réserve alcaline élevée indique une bonne inhibition et un fluide caloporteur de haute qualité. Les produits de qualité inférieure ne possèdent souvent qu’une réserve alcaline de 0,5 ml d’acide chlorhydrique. Pour la plupart des produits TYFOCOR, la valeur dépasse largement 10 ml.

TYFO : S’il y a sous-inhibition, c’est que le fluide caloporteur contient trop peu d’inhibiteurs de corrosion. Le rapport de la concentration d’inhibiteurs de corrosion pour la protection contre la corrosion n’est pas linéaire. Une trop petite quantité d’inhibiteurs entraîne une réduction de la protection contre la corrosion. Mais une trop grande quantité peut aussi conduire à un degré plus élevé de corrosivité. Un fluide contenant une très petite quantité d’inhibiteurs de corrosion ajoutés peut offrir une protection contre la corrosion inférieure à celle sans inhibiteurs.

TYFO : Le fluide caloporteur doit être remplacé lorsque son pH est inférieur à 7. Cela indique que l’alcalinité de réserve est épuisée et que les inhibiteurs de corrosion sont dégradés. Si le point de gelée s’est déplacé ou si le liquide a des dommages visibles, par ex. des décolorations ou que le liquide est trouble, il est préférable de le remplacer.

TYFO : Il existe deux manières de déterminer la teneur en antigel d’un fluide caloporteur connu :

  1. En mesurant l’indice de réfraction à l’aide d’un réfractomètre. TYFOROP propose des réfractomètres avec des échelles spécialement adaptées à la gamme de produits TYFO.
  2. En mesurant la densité pour déterminer la corrélation densité/point de gelée. La densité constitue un rapport à la teneur des composants de l’antigel.

TYFO : L’indice de réfraction, appelé également la densité optique, est une propriété du matériau optique. Cette quantité physique sans dimension indique de quel facteur la longueur d’onde et la vitesse de phase de la lumière sont plus petites que dans le vide. L’indice de réfraction dépend de la longueur d’onde et est donc normalisé sur la longueur d’onde de la ligne au sodium D (589 nm).

TYFO : La valeur du pH est une bonne mesure pour obtenir une image complète de l’état d’un fluide caloporteur. La dégradation thermique des fluides caloporteurs est souvent caractérisée par la formation de composants acides. Ces composants acides font que le pH passe au neutre ou légèrement acide. Cela réduit considérablement l’efficacité des inhibiteurs de corrosion. Le fluide caloporteur doit être remplacé si le pH est inférieur à 7.

TYFO : Le zinc se détache au contact avec les glycols. Les composants avec une forte proportion de tubes en acier galvanisé ne sont donc pas adaptés aux systèmes de réfrigération et thermiques.

TYFO : Les fluides caloporteurs peuvent être conservés dans leur emballage d’origine, dans un endroit sec et sombre pendant au moins trois ans.

TYFO : TYFOROP propose à ses clients des études gratuites sur les fluides caloporteurs dans le cadre de l’analyse des fluides :

  1. Vérification de l’état d’un fluide existant. Ici, nous évaluons dans quelle mesure le liquide répond toujours aux exigences de protection antigel, de protection contre la corrosion et de stabilité à long terme, et si un remplacement est recommandé.
  2. Analyse de la sécurité de fonctionnement des installations et examen pour déterminer si et comment la corrosion a eu lieu. Pour les anciennes installations avec des fluides caloporteurs inconnus, nous déterminons leur composition et proposons une alternative techniquement judicieuse pour le nouveau remplissage. En cas d’accident ou de défaillance des installations, nous pouvons utiliser une analyse de fluide pour aider à en déterminer la cause. Pour ces examens, nous avons généralement besoin d’un échantillon de 500 ml et fournissons les résultats dans les 10 jours ouvrables, en fonction de la complexité.

Un conseil individuel ?

Vous voulez le produit idéal pour votre système ?
Vous souhaitez une solution personnalisée ?

NOUS CONTACTER