Une bonne bière blonde bien fraîche grâce à TYFOCOR® L

L’art de brasser

« Même l’eau se transforme en grand cru, dès que vous la mélangez avec du malt et du houblon. » Pensez-vous qu’un seul Allemand oserait le contredire ? Quelques-uns peut-être, oui, mais ils se comptent sur les doigts de la main. L’Allemagne est un « pays de la bière » : nous comptons 1 349 brasseries, 12 types de bières différents, environ 5 000 variétés différentes et, selon les statistiques, un Allemand en boit 109 litres par an. D’après le classement mondial des buveurs de bière, c’est la 2e place.

Seule la moyenne de bières bues par personne en République tchèque est plus importante avec 159 litres – volontiers une bière allemande, d’ailleurs. Et rien n’est plus pur : de l’eau, du malt, du houblon, de la levure. Rien de plus n’est autorisé dans la bière allemande. Pas de sucre, pas de maïs ni de riz, et en aucun cas des conservateurs. Et maintenant, devinez qui a remporté – de loin – la « World Beer Cup 2014 », le championnat mondial officiel de la bière ? Exact : l’Allemagne – neuf médailles d’or, dix médailles d’argent et neuf de bronze. C’est vrai, les brasseurs allemands sont bons.

Mais en quoi une bière diffère-t-elle d’une autre ?

Qu’est-ce qui rend l’une meilleure que l’autre ? La qualité de l’eau, de la levure, du houblon et du malt ? « Non », déclare Marc-Oliver Huhnholz, porte-parole de la Fédération allemande de la bière. « La qualité de tous ces ingrédients est très élevée et le processus de brassage de la brasserie à la mise en bouteille est toujours le même.

Ce qui fait la différence, c’est la façon dont vous manipulez les ingrédients. » Car, malgré les équipements et les appareils les plus récents, brasser de la bière reste un art très particulier, pour lequel le temps et surtout la température jouent un rôle majeur.

Et ceci dès le maltage : le malt, ce sont des céréales germées dans l’eau. La plupart du temps, du blé et de l’orge, mais aussi de l’épeautre et du seigle. Le malt est d’abord trempé, puis séché. La température, l’humidité et la ventilation sont des facteurs importants, ce sont eux qui déterminent la couleur de la bière.

Dans la brasserie, le malt est moulu et nettoyé, mélangé à de l’eau et chauffé à différents niveaux de température. Et juste pour vous donner une idée de la taille de la « marmite » requise : 18 tonnes de malt égrugé pour 120 000 litres d’eau, cette proportion de mélange est courante dans les grandes brasseries d’aujourd’hui.

Progressivement, cette concoction est chauffée à 76 degrés Celsius et elle fermente jusqu’à ce que l’amidon soit transformé en sucre qui, à son tour, engendre l’alcool. Une fois cela fait, un test de saccharification est effectué et le liquide, dans lequel toutes les substances solubles du grain de malt sont maintenant contenues, est tamisé et nettoyé. Ce liquide s’appelle désormais le « moût ». Il est bouilli pendant environ une heure, cette fois-ci en y ajoutant du houblon, puis nettoyé à nouveau et refroidi avant d’arriver à la cuve de fermentation où on lui ajoute de la levure pour démarrer le processus de fermentation. Le but de la fermentation est de convertir le sucre de malt dissous dans le moût en acide carbonique et en alcool. Cela prend entre quelques heures et une nuit, selon le brasseur, mais la « jeune bière » est prête et entre dans les réservoirs de stockage où, selon le type de bière et la recette, elle mûrit jusqu’à trois mois à une température de moins trois degrés.

Une grande entreprise de logistique

D’énormes quantités de liquide et d’ingrédients doivent être conservées au frais, réchauffées, refroidies et pompées d’un réservoir à l’autre. Et nous constituons une part de ce processus. Notre TYFOCOR® L, par exemple, veille depuis des années à ce qu’un processus de brassage fiable, sans problème et sans défaillances s’effectue dans les systèmes de tuyauterie de la brasserie Holsten basée à Hambourg, l’une des brasseries les plus traditionnelles et les plus modernes du monde. Car gérer les températures signifie également assurer que rien ne corrode dans les tuyaux et qu’aucune pièce installée dans le système de conduites, comme les métaux et les plastiques, par exemple, ne soit attaquée.

Une bière blonde bien fraîche grâce à

TYFOCOR® L

La bière allemande est le « numéro 1 » mondial et les brasseurs allemands sont les champions du monde. Pouvons-nous, chez TYFO en revendiquer un quelconque mérite ? Pas directement, mais nous pensons ici comme le philosophe romain Sénèque : « Ce n’est pas parce qu’une chose est plus petite que la plus grande qu’elle est insignifiante. ». Et tout comme un peintre a besoin des bonnes couleurs ou un ouvrier des bons outils, le succès d’une brasserie dépend également du fait que tout se passe bien, de la salle de brassage à la mise en bouteille.

VOIR LE PRODUIT

Produits TYFO pour l’industrie alimentaire

TYFOCOR® L-eco®

Pour les systèmes de refroidissement et de chauffage, les systèmes solaires thermiques et les pompes à chaleur.

TYFOCOR® L

Pour les systèmes de refroidissement et de chauffage, les systèmes solaires thermiques et les pompes à chaleur.

Un conseil individuel ?

Vous voulez le produit idéal pour votre système ?
Vous souhaitez une solution personnalisée ?

NOUS CONTACTER